Jean Luc Schnoebelen

Son nom ne vous dit peut être rien mais Jean Luc Schnoebelen est un entrepreneur de renom et qui a su s’imposer dans divers domaines comme le sport où la domotique. Diplômé de l’Ecole supérieure des Géomètres et des Topographes en 1978, son parcours riche au travers de différentes aventures entrepreneuriales fait de lui aujourd’hui le patron de Ginger Group, le premier groupe privé d’ingénierie d’équipements et d’infrastructures en France. Focus sur une carrière pas comme les autres.

Les années Bouygues.

Jean-Luc Schnoebelen a su mettre en avant ses qualités managériales et ainsi il devient rapidement un des principaux éléments de l’entreprise Bouygues. A peine son diplômé en poche, il rejoint le groupe est évolue pendant plusieurs années à des postes techniques et de direction. Il s’érige en un homme non conventionnel et multitâches, il a le gout du risque et sait entreprendre les bonnes stratégies qui feront le succès d’une entreprise. Avant même son départ de Bouygues, Schnoebelen pense déjà à sa reconversion, il n’est pas l’homme d’une seule situation et il va le prouver. Son ambition débordante va le propulser.

Un passionné de nouvelles technologies.

L’innovation et les nouvelles technologies sont pour lui ses domaines de prédilections. Il participe à la création d’IB2 technologies, ce que l’on nomme comme  » smart buildings » une entreprise dédiée à l’innovation. Dans ces années, on assiste à l’ascension fulgurante de l’informatique au sein des entreprises, il va donc s’intéresser à ce sujet et lance Edival une spécialité dans les échanges de données informatisées puis il poursuivra avec Domobus, un système de tableau de bord domestique intelligent qui sert principalement à contrôler la consommation d’énergie.
Par ailleurs, il collabore pour les événements sportifs aussi en tant que couverture audiovisuelle notamment pour les JO d’Albertville et en 1998 pour la coupe du monde de foot.

Ginger Group, la « Sucess Story ».

Après 1996, Jean Luc Schnoebelen devient son propre patron et acquiert le centre d’expertise du batiment et des travaux publics qui deviendra par la suite Ginger Group.
Il va acquérir en l’espace d’un temps record, une quinzaine d’entreprise Françaises et Etrangères spécialisées principalement dans l’ingénierie d’équipements et d’infrastructures. Schnoebelen est indépendant et en 2010 c’est le Néerlandais Grontmij qui rachète Ginger Group et devient le 4ème acteur de conseil en ingénierie en Europe.
Schnoebelen ne s’arrête pas là puisqu’il continue son ascension en mettant son énergie dans une société de participation ( impact holding) où encore un projet fou celui de la végétalisation de la Tour Eiffel.

Article Précédent

Article Suivant

Pas de commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *