Comment protéger sa PME du bâtiment des vices de construction ?

Une PME est une entreprise fragile par définition. Sa petite taille, son nombre réduit d’employés et sa faible trésorerie la forcent à être très prudente. Or, dans le monde du bâtiment, un vice de construction peut coûter très cher et il ne suffit pas toujours d’être bien intentionné et de faire du bon travail pour les éviter. Voilà pourquoi il est absolument essentiel de souscrire à une assurance décennale en bonne et due forme.

L’assurance décennale et la loi Spinetta

La loi Spinetta de 1978 a rendu l’assurance décennale obligatoire sur tous les chantiers. Peu importe la taille de votre entreprise, vous devez donc impérativement y souscrire pour chaque chantier. Cela vous évitera d’importantes difficultés financières si un vice de construction venait à apparaître, car l’assurance couvrira alors les frais de réparation et de reconstruction.

Par ailleurs, il faut savoir que la loi Spinetta reconnaît l’entreprise responsable du chantier comme responsable de tous les vices de construction pendant les dix années qui suivent la fin du chantier. Ainsi, l’assurance décennale couvre l’entreprise pendant 10 ans. Cependant, si la loi impose des garanties minimums, vous n’êtes pas obligé de vous en contenter et vous pouvez facilement demander un devis sur www.assurance-pour-construction.fr.

Protéger son entreprise avec la RC pro

L’assurance décennale est obligatoire, même pour les entreprises étrangères travaillant sur le sol français et elle couvre tous les vices de fabrication liés au gros-œuvre (mur, toit, charpente, etc.). Cependant, les risques liés à une activité dans le secteur de la construction sont beaucoup plus importants. Voilà pourquoi beaucoup d’entreprises choisissent de souscrire à une RC pro.

La responsabilité civile professionnelle (RC pro) est une garantie qui couvre votre entreprise et toutes les personnes qu’elle emploie sur le chantier, mais aussi en dehors dans les activités liées au chantier. Cette garantie vous protège contre tous les dégâts matériels et humains qui pourraient être causés lors du chantier ou après la livraison en cas de vice de construction.

Préservez-vous de la faillite avec une assurance multirisques

Les PME du bâtiment ne manquent pas de travail, le marché est florissant et les commandes sont nombreuses. Pourtant, cela reste un milieu risqué et les entreprises sont nombreuses à faire rapidement faillite. Pourquoi ? Bien souvent parce qu’elles ne sont pas suffisamment bien assurées et qu’elles ne peuvent pas assumer certains vices de fabrication.

L’assurance décennale ne prend en compte que le gros-œuvre, alors qu’une erreur est vite arrivée sur le second œuvre. Une série de fenêtres mal posée vous force à refaire l’intégralité d’un chantier d’isolation, par exemple, et cela peut vous coûter très cher. Avec une assurance multirisques, vous serez couvert contre ces risques et vous pourrez échapper à la faillite de nombreuses fois.

Article Précédent

Article Suivant

Pas de commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *